Résultats de votre recherche :

    8 septembre 2020

    1984 de George Orwell dans le domaine public

    1984 de George Orwell dans le domaine public

    "Big Brother is watching you." Ce célébrissime slogan est tiré de 1984 de George Orwell. Ce roman est pour les uns une référence de la littérature dystopique et de science-fiction, pour les autres une mise en garde pour l'avenir.

    Résumé

    1984 est une dystopie, c’est-à-dire une œuvre relatant un monde imaginaire, souvent post-apocalyptique, où la société est dictatoriale. Orwell a écrit ce roman en réaction de la montée des régimes totalitaires nazi et soviétique.

    L’intrigue du roman, écrit en 1948 et publié en 1949, se déroule en Grande-Bretagne durant les années 1980. Le monde est divisé en trois blocs résultant de la guerre nucléaire des années 1950 : l’Oceania (les Amériques, les îles anglo-saxones, l’Océanie et l’Afrique australe), l’Estasia (le reste de l’Europe et  l’URSS)et l’Eurasia (la Chine, le Japon et l’Asie centrale). Officiellement, ces trois blocs sont en guerre les uns contre les autres pour le contrôle de du reste du monde : le Nord de l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Asie du Sud et l’Antarctique.

    Nous découvrons ce monde si particulier à travers les yeux de Winston Smith. Dans cette Grande-Bretagne dirigée par l’Angsoc (comprenez « socialisme anglais » en novlangue), Winston est un homme de 39 ans membre du Parti extérieur (c’est-à-dire la classe moyenne). Il est employé au Ministère de la Vérité. Son travail consiste à remanier les archives pour qu’elles aillent parfaitement dans le sens de la vérité historique du moment, décidée par le Ministère. Sauf qu’un jour, Winston se met à réfléchir sur son travail, sur la société, sur la vérité et décide qu’il n’est plus en accord avec les agissements du gouvernement. Winston devient alors un rebelle.

    Mon avis

    1984 fait partie des livres que j'adore. Ce que je préfère dans les dystopies ce sont les constructions et les fonctionnements des régimes décrits. Si vous aimez les récits où il y a beaucoup d’actions, comme Hunger Games, vous risquez d'être déçu et déçue si vous en attendez autant de 1984. Il y a peu d’actions éclatantes dans ce roman. Le cœur de la narration tourne autour des pensées de Winston, de son parcours contre le gouvernement et de la description de la société. Mais même s’il n’y a pas de morts toutes les trois pages ou des explosions, la tension et le suspens qui entourent le sort de Winston sont présents.

    Éléments emblématiques

    Cette œuvre contient énormément d’éléments très intéressants à analyser, mais je n’en évoquerai que trois, ceux qui m’ont le plus marqué.

    (Non)-Logique

    Toute la démarche de déconstruction de la logique orchestrée par le Parti est passionnante. Tout est pensé et calculé pour écraser les membres du Parti et le prolétariat. Par exemple, la population reçoit à longueur de journée des ordres et des contre-ordres à propos de choses à oublier. Et elle doit pousser le processus jusqu’à oublier qu’elle a oublié : « Le passé était raturé, la rature oubliée et le mensonge devenait vérité. » Autre élément éclatant de la déconstruction de la logique : l’opposition entre lesb noms des Ministères et leurs missions – par exemple, celui de l’Amour qui est chargé de la torture. Cependant, le slogan du Parti est certainement le plus illustratif de cette démarche anti-logique : « La Guerre, c’est la Paix. La Liberté, c’est l’Esclavage. L’Ignorance, c’est la Force. » Tout ce qui entoure la population est donc à première vue d'une absence de logique flagrante. Cependant, les explications fournies par le gouvernement, notamment celles concernant le slogan, sont d'une logique glaçante.

    Télécrans

    Un autre élément emblématique du roman sont les télécrans : des écrans diffusant la propagande du Parti en boucle (les habitants ne peuvent pas couper complètement le son) et permettant aux dirigeants de surveiller à chaque instant les habitants. Le slogan "Big Brother is watching you" est intimement lié à ces télécrans. Et cet élément du roman est l'un des plus repris par les défenseurs du roman comme un avertissement pour les générations futures des dérives gouvernementales. Par exemple, ces télécrans ne sont pas sans rappeler les caméras de surveillance dont la Grande-Bretagne s’est fortement dotée dans les années 1980, ainsi que toutes les questions éthiques autour de la vie privée...

    Novlangue

    Dernier élément incontournable du roman que je souhaite mentionner : la novlangue. Outre le remaniement de l’Histoire et la manipulation des pensées, le Parti modifie la langue. Le principe est simple : épurer au maximum la langue en détruisant des mots jugés inutiles et dangereux permet de réduire considérablement les idées, pensées et concepts liés à ces mots. En faisant cela, le Parti prend la main jusque sur la capacité de réflexion de sa population pour la réduire au strict minimum. Ainsi, il s’assure que les gens ne pourront pas formuler de penser contre lui puisque les mots pour le faire n’existent plus.

    En bref

    Je ne peux que conseiller ce roman. Même si les traits de la dictature sont volontairement poussés à l'extrême, et qu'on ne peut pas complètement attribuer à Orwell le rôle de voyant, la lecture de 1984 est riche par la description de la société, et par la réflexion proposée au lecteur. Le nombre d'éléments qui ont aujourd'hui une place très importante dans les études universitaires et dans la pop culture est révélateur de l'importance de ce roman.

    Citations

    Toute révolte organisée contre le Parti lui paraissait stupide, car elle ne pourrait être qu'un échec. L'acte intelligent était d'agir à l'encontre des règles et de rester quand même vivant.
    Le développement de la télévision et l'avancée technique permettant d'émettre et de recevoir à partir du même appareil ont signé la fin de la vie privée. Tout citoyen, ou du moins tout citoyen assez important pour qu'on le surveille, pouvait être placé vingt-quatre heures sur vingt-quatre sous le regard de la police et à portée de voix de la propagande officielle — à l'exclusion de tout autre canal de communication. Imposer une obéissance complète à la volonté de l'État, mais aussi une parfaite uniformité d'opinion sur tous les sujets, devenait possible pour la première fois.
    Le Parti finirait par annoncer que deux et deux font cinq et il faudrait le croire.

    Si ce livre vous intéresse :