Résultats de votre recherche :

    1 juin 2021

    Blanc autour de W. Lupano et S. Fert

    Blanc autour de W. Lupano et S. Fert

    Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert est une bande dessinée parue lors de la rentrée littéraire 2021 a fait grand bruit dans le cercle littéraire. Cette œuvre complète aux dessins fluctuants, aux couleurs pastelle et aux formes arrondies vient ajouter de la mélodie à ce drame appartenant à la petite Histoire. Pourtant, elle a influencé la grande histoire, celle du combat des noirs au XIXe siècle aux Etats-Unis, un pays qui a du mal à reconnaître les populations de couleur comme étant américains.

    Résumé de Blanc autour de Wilfrid Lupano

    Blanc autour raconte l'histoire d'une petite fille noire qui se pose des questions de physique : pourquoi le bâton semble-t-il cassé lorsqu'il entre dans l'eau alors qu'en le sortant il est intact ? Elle prend alors la décision de demander une explication à la maîtresse qui tient l'école des petites filles blanches. En voyant l'intérêt de cette enfant qui n'a pas le droit de se rendre à l'école face à des questions que tous les enfants ne se posent pas, elle décide d'accepter que la petite se rende à l'école tous les jours. Toutefois, les familles blanches se révoltent contre la décision de la maîtresse d'accueillir une enfant noire parmi leurs propres enfants. Ils y voient un danger constant et exigent l'exclusion de la petite fille.

    La maîtresse marque alors un tournant dans sa carrière : elle décide de ne plus accueillir de blanches et d'ouvrir son école pour les filles noires qui le souhaitent. Ce projet fait enrager la société qui rejette les enfants noirs et va tout faire pour détruire l'école, quitte à mettre en danger la vie de toutes les personnes qui s'y trouvent. Comme quoi, l'abolition de l'esclavage ne donnait pas encore des droits égaux aux noirs des Etats-Unis... Mais cet épisode de l'Histoire va tout de même marquer les élèves de la classe de Mlle Crandall au-delà de la petite ville de Canterbury.

    Illustration tirée de Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert montrant les élèves de l'école pour petites filles noires

    Expliquer des enjeux de société grâce à la petite Histoire

    En choisissant dans la petite Histoire un événement qui révèle des enjeux caractéristiques de la grande Histoire, il marque la façon dont la société prend ses marques dans la vie de tous les jours. En prenant également la problématique de l'acceptation des noirs dans la société, Wifrid Lupano fait raisonner les problématiques actuelles en rappelant notamment les mouvements du Black Lives Matter. Il montre comme un acte violent, qu'on pourrait presque qualifier de terroriste, vient influencer une ville entière et ancrer plus profondément les préjugés déjà existants.

    Qui plus est, cette histoire qui n'en montre pas trop, qui révèle simplement un petit événement dans la société, n'oublie pas d'expliquer tout ce que cette rébellion d'une professeur a eu comme conséquence dans la grande histoire. En offrant une chance à ses petites filles, Prudence Crandall a fait d'elles des êtres engagés dans la lutte pour l'égalité et pour la cause des noirs. Wilfrid Lupano et Stephane Fert viennent questionner l'abolitionnisme en apprenant aussi aux Français cette partie de l'Histoire, très peu connue. L'album se conclut en effet par un dossier assez précis réalisé par Joanie DiMartino, la Conservatrice du musée Prudence Crandall, qui porte donc le nom de cette institutrice méconnue. Elle vient expliquer aux lecteurs ce qu'il est advenu de chaque personnage marquant après les événements qui se sont déroulés dans la bande dessinée.

    Entraîner une réflexion sur l'éducation et faire place aux femmes

    Cette petite ville est donc traumatisée par l'histoire de Nat Turner, un noir qui savait lire et écrire. Il a tué de nombreuses familles blanches à coups de hache et cela donne maintenant l'impression aux habitants que l'éducation des enfants noirs, même si ce sont de petites filles, peut être un danger pour eux. Il y a donc toute une réflexion sur l'éducation : peut-elle être une menace ? Comment éduquer des petites filles ? Faut-il éduquer différemment les petites filles blanches des noires ou écrire de manière plus inclusive ? La réflexion émerge à la fois des habitants blancs et racistes de la petite ville et des petites filles noires elles-mêmes. Si les uns se questionnent sur le danger de l'éducation, les autres interrogent la façon dont l'éducation est dispensée : ne faut-il pas également parler aux petites filles noires de leur culture plutôt que d'évoquer seulement les grandes figures blanches par exemple.

    Blanc autour vient également mettre en valeur le courage des femmes qui ont lutté pour avoir le droit à l'instruction, pour l'acceptation des noirs dans la société de manière égale avec les blancs. Ce sont souvent des modèles masculins qui ressortent des luttes contre l'esclavagisme puis pour les droits des noirs, mais certaines femmes et de nombreux noirs ont aussi participé à la cause sans jamais être reconnu. N'oublions pas que la grande Histoire se compose à partir de la petite histoire et aucun acte n'est vain s'il est poussé vers le haut. Les femmes de cette bande dessinée sont d'ailleurs très fortes, droites dans leurs souliers et prennent ce qui leur revient : une éducation complète pour que les futures générations soient plus instruites. Elles sont solidaires, fortes et obstinées et elles se battent pour leur avenir et ceux de toute leur communauté.

    Définitivement, cette bande dessinée est une bonne leçon de vie et de civisme pour toutes les personnes qui pensent qu'une petite action ne peut pas suffire à faire changer les choses.

    Citations

    - J'avais entendu parler de lui et de ces... horreurs qu'il disait. Personne n'avait le droit de le tuer pour autant. Il ne faut pas que cet événement funeste nous arrête. Nous menons une bataille, et...
    - Il ne disait pas des horreurs.
    - Pardon ?
    - Il ne disait pas des horreurs. Il citait les mémoires d'un homme qui s'est battu pour sa liberté... et qui a perdu. Son seul tort, c'est d'avoir perdu.
    - Son seul tort...? Qu'est-ce qui te prend ? Nat Turner était un boucher, Sarah. Il a tué des femmes, des enfants, des vieillards ! Tous innocents !
    - N'importe quel planteur du Sud en fait autant avec ses esclaves noirs, n'est-ce pas ?
    Vous vous souvenez de ce sauvageon que Cartridge a descendu, au lac, un peu avant la fermeture de l'école ? Eh bien, Cartridge nous a raconté que, juste avant qu'il ne tire, le gamin était en train de sermonner les filles ! Il leur enjoignait de ne plus fréquenter l'école ! Et ce balourd l'a tué ! Alors que ce gamin était notre meilleur allié. Il voulait les décourager.

    Si ce livre vous intéresse :

    Sinon…

    Critique de Nickel Boys, Colson Whitehead - Culture Livresque
    La rentrée littéraire 2020 est toujours aussi riche avec le nouveau roman de Colson Whitehead, récompensé par le Prix Pulitzer 2020. Fait notable : c’est la deuxième fois que Colson Whitehead...
    Pour lire un autre roman sur la façon dont sont traités les noirs de manière plus récente, découvrez Nickel Boys de Colson Whitehead.