Résultats de votre recherche :

    25 mai 2021

    Interview de Julie Bouchonville

    Interview de Julie Bouchonville

    À l'occasion de notre article sur le premier tome de la série Les Rues murmurent écrite par Julie Bouchonville, cette dernière nous a permis de réaliser une interview à propos de son livre et sur la suite à paraître. Nous la remercions grandement pour sa collaboration, sa gentillesse et son implication. Avant de lire cette interview, Culture Livresque vous conseille évidemment de lire la critique du livre.

    Les Rues murmurent de Julie Bouchonville - Culture Livresque
    Les Rues murmurent de Julie Bouchonville est une série de romans dont le premier tome se nomme “Sifflant, soufflant”, comme l’hiver et le sifflement perçant des mystères. Il s’agit d’un roman de fantaisie policier...

    Pourrais-tu nous parler de la façon dont tu as écrit Sifflant, Soufflant ? Quel est ton processus de création et d'où l'idée générale te vient ?

    Mon processus de création est toujours un peu le même, je crée un plan aussi détaillé que possible et ensuite je fais semblant de le suivre. Pour ce tome-ci mon plan n’était pas très fourni donc il y a eu pas mal de "je vais mettre ça ici et on verra bien".

    L’idée m’est venue en plusieurs phases. D’abord, j’adore les univers d’urban fantasy de ce genre, où le fantastique est intégré dans le mondain. Ensuite, après plusieurs ateliers d’écriture sur le thème du polar que j’avais animés, j’avais hâte de travailler sur un policier et il m’est vite apparu logique qu’un monde où des tas de gens avaient été intégrés à la société bon gré, mal gré aurait pas mal de mécontents. Enfin, le duo Philéas-Diane me semblait gagnant en termes de personnalités.

    Dans la description d’auteur, il est dit mot pour mot que tu es autiste. Penses-tu avoir un rapport différent au livre ? En quoi cela pourrait-il influencer ta manière d’écrire ?

    C’est difficile à dire parce que je n’ai jamais été « pas autiste » donc la comparaison manque un peu de matériel. Dans une certaine mesure cela doit influencer ma manière d’écrire, puisque ça impacte ma manière de percevoir le monde et de penser. Je passe aussi pas mal de temps à m’assurer que mes personnages n’ont pas l’air autistes, ce qui est une vraie tendance chez moi puisque c’est ce que je perçois comme « normal ». J’espère que ça fonctionne !

    Ton roman est classé parmi les romans « urban fantaisy » : comment définis-tu ce genre et en quoi Les rues murmurent répond à cette catégorie ?

    L’urban fantasy, c’est un peu l’opposé de l’heroic fantasy ; les thèmes peuvent varier, les décors changent beaucoup, et le setting dans un environnement urbain (et donc en général plutôt « moderne ») fait émerger de nouvelles problématiques et de nouveaux motifs narratifs. Je pense que « Sifflant, Soufflant » colle pas mal à cette définition !

    Quelles sont les œuvres qui t’ont inspirées ? Comment as-tu construit cet univers à la fois fantastique et policier ?

    Mes influences : la trilogie de Bartiméus de Jonathan Stroud, que j’ai lue à un âge impressionnable, la série de Ben Aaronovicth "Rivers of London" (dont le titre français est tellement dégueulasse que je refuse de le mentionner), que j’ai découverte en cours de relecture, et la quantité malsaine de médias de true crime que je consomme.

    Comment j’ai construit : honnêtement, il s’est surtout construit tout seul. Lille, comme ma Bruxelles natale, a une ambiance assez spéciale où on a l’impression que la magie et le mystère sont toujours juste au coin de la rue. Il n’y avait qu’à se laisser porter.

    Les personnages font partis, à la fois de la mythologie (les sirènes qu'on assimile trop aujourd'hui aux poissons, les centaures, les incubes...) mais aussi des différents folklores qui persistent dans l'imaginaire (nains, vampires...), comment t'es-tu servie de ce qui existait pour construire l'univers de ton roman ?

    Comme un gosse lâché au rayon « bonbons » d’un hypermarché !

    Plus sérieusement, mes propres influences me portent vers la mythologie grecque parce que c’est là-dedans que j’ai été élevée, et sachant ça, j’ai essayé de diversifier en intégrant des folklores d’autres pays (Scandinavie, Japon, Europe de l’est...).

    La magie fait partie inhérente du roman, dans Sifflant, soufflant, nous retrouvons une magie bénéfique pour les personnages, celle du centaure, mais aussi un autre type de magie servant à attaquer. Selon toi, ce monde magique exclut-il complètement les humains ?

    Je me réserve le droit de ne pas répondre pour cause de spoiler des prochains tomes ;)

    Diane, le personnage principal, explique à l'incube (avec qui elle travaille sur la mystérieuse affaire de disparition) ne pas être sensible à son charme car elle est asexuelle. Outre le caractère très sexuel du personnage, il s'agit d'un sujet très peu abordé, surtout dans les romans touchant au surnaturel. Est-ce un engagement de ta part ou une simple construction littéraire ?

    Un peu des deux ! L’asexualité de Diane joue un rôle dans sa dynamique avec Philéas, ça participe au contraste qu’il y a entre eux.

    Au-delà de ça, l’asexualité est une orientation hyper confidentielle et je pense que l’un des objectifs de la fiction c’est aussi de parler de sujets de ce genre.

    Enfin, je suis queer : ça prend un moment de détailler toutes les notions que je case dans ce terme alors je ne le ferai pas ici, mais l’un de ces aspects est que je suis asexuelle moi aussi.

    Le roman traite beaucoup de la « Révolution d'automne », un moment historique où différentes espèces ont décidé de s'accepter et de faire preuve de laïcité. La question d'acceptation de l'autre et de ses différences semble d'ailleurs être une thématique inhérente à ton roman. Toute l'intrigue tient d'ailleurs à l'envie de certains de réveiller les vampires qui n'ont pas participé à cette révolution. D'ailleurs, certains personnages sont "extrémistes" et se réunissent en groupe car ils ne trouvent pas leur place dans la société telle qu'elle est présentée dans votre roman. Est-ce une manière de remettre en perspective le sujet d'actualité à propos de la tolérance et de pousser les lecteurs à se questionner sur leur propre définition de la laïcité ?

    C’est intéressant que la question soit posée en termes de laïcité parce que moi je ne l’ai jamais pensée comme ça, mais plutôt en termes de capacitisme ou d’hétéronormativité/lgbt-phobie.

    Je pense que quand une société rencontre une minorité ou un groupe différent, après les phases de rejet il y a les premiers moments de l’intégration qui sont parfois violents, il y a un peu cette notion de « OK tu peux faire partie de notre société, mais de la manière dont nous on décide, et puis essaye de pas avoir l’air trop étranger/trans/handicapé/magique/autre ». C’est un truc que des tas de gens, dont moi, vivent au quotidien, cette zone d’entre-deux où on a passé des lois qui disent qu’on ne peut pas te lyncher dans la rue, mais bon viens pas trop faire chier non plus. Je pense que c’est intéressant d’en parler, ne serait-ce que parce que ça fait une bonne histoire. (Enfin j’espère quoi.)

    As-tu d’autres projets en plus des Rues murmurent ? On veut tout savoir !

    Ahah, mais tellement ! Alter Real va publier une autre de mes urban fantasy (promis, je sais écrire autre chose) cette année si tout se passe bien. J’adore cette histoire, elle me tenait vraiment à cœur, et je suis super impatiente de pouvoir la partager avec tout le monde. Il y aura des personnages queer, des araignées qui parlent, de la romance, des mystères à résoudre et des tas de trucs cool.

    Sinon je suis aussi prof d’écriture créative, et début d’année j’ai commencé à travailler avec la plateforme en ligne Skilléos pour créer une formation accessible H24. Je m’attendais à ce que six personnes max la suivent mais en fait elle a pas mal de succès et les retours sont excellents, j’ai pas trop compris mais je suis très enthousiaste, et donc là je vais reprendre le harnais pour proposer d’autres formations sur le même thème, des trucs plus poussés, une formation pour les enfants, ça va être d’enfer.

    Et je ne sais pas si ça compte comme un projet, mais j’ai reçu mon invitation pour les Aventuriales de Ménétrol fin septembre. J’ai hâte d’y croiser des lecteurs !

    Dernière question : pour quand la suite ? (Je suppose que tu n’es pas partie élever des crabes en Polynésie !) Une petite révélation ?

    La suite est pour bientôt !

    Est-ce que Diane va se tirer la tête du sable au sujet de la romance ? Est-ce que sa famille va la lâcher deux minutes ? Est-ce qu’il y aura des loups-garous ? Tout est possible !

    Je préfère ne pas encore donner de date de parution mais je communiquerai sur les réseaux dès que la date officielle sera annoncée. Si je ne suis pas partie en Polynésie d’ici-là, hein, logique.


    Si ce livre vous intéresse :

    Sinon…

    Julie Bouchonville | Expert sur Skilleos
    Julie est une auteure de romans et d’articles de non-fiction. Passionnée par l’écriture, elle s’y est mise pour de bon en 2005 et n’a plus jamais arrêté. Elle s’est formée en lisant les ouvrages et en suivant les cours de Donald Maas, John Truby, Stephen King, Brandon Sanderson, K.M. Weiland et bien…
    Si vous souhaitez suivre les formations de Julie Bouchonville, n'hésitez pas à vous rendre sur Skilleos

    Ou

    Démons et merveilles de H. P. Lovecraft - Culture Livresque
    Démons et merveilles sont un recueil de nouvelles du célèbre auteur de fantastique Howard Phillips Lovecraft. S’il n’était pas très connu en son temps à part dans le milieu fantastique, son nom fait frémir...
    Continuez sur Culture Livresque en découvrant une œuvre à l'atmosphère étrange faite de rêve et de monstre avec Démons et merveilles de H. P. Lovecraft.