Résultats de votre recherche :

    6 juillet 2021

    Henri III et sa cour d'Alexandre Dumas père

    Henri III et sa cour d'Alexandre Dumas père

    Alexandre Dumas père était très jeune lorsqu’il a écrit Henri III et sa cour. C’était en 1829, alors qu’il avait 27 ans et il n’était pas encore connu. Cette pièce de théâtre est souvent considérée comme le premier drame historique de l’ère romantique joué sur scène. Eh oui ! Le très contesté Hernani de Victor Hugo n’arrive qu’un an après sur les planches des théâtres. Cela fait d’A. Dumas le créateur d’un genre qui connaîtra un grand succès en son temps.

    Résumé de Henri III et sa cour

    L’histoire se déroule vers 1575 en France, sous le règne du roi Henri III. Catherine de Médicis va voir un étrange astrologue et lui demande de l’aide pour évincer ses ennemis, Saint-Mégrin et le Duc de Guise. Pour se faire, rien ne vaut une dispute amoureuse autour d’un triangle amoureux. Elle trouve ces deux personnages trop proches de son fils et donc trop près du trône. Pour asseoir sa souveraineté, elle prévoit donc de se débarrasser de ceux qui pourraient lui prendre son pouvoir.

    Catherine de Médicis, sachant que Saint-Mégrin est amoureux de la duchesse de Guise, va donc organiser une rencontre entre eux sous le signe de la cachotterie. En effet, si les deux personnages s’aiment mutuellement, la duchesse de Guise est retenue par les liens du mariage avec le duc qui lui a offert son titre. Catherine de Médicis montre dans ce complot toute sa force et sa perspicacité puisqu’au final, il va découler de cette situation une vengeance amoureuse et un drame romantique entre ses deux ennemis. Celle-ci n’a plus qu’à laisser la rivalité amoureuse avoir raison de ses inquiétudes.

    Catherine de Médicis : une femme de pouvoir qui agit dans l’ombre

    Si on ne s’attache qu’à l’intrigue du point de vue amoureux, on sera déçu. Mais il faut bien comprendre que dans cette pièce, c’est Catherine de Médicis, la « reine-mère », qui tire les ficelles dans l’ombre, c’est bien elle qui détient le pouvoir. La preuve la plus flagrante : dès le début de l’histoire, elle apparaît bien avant son fils, pourtant roi, et avant tout autre personnage agissant auprès de ce roi manipulé par sa mère.

    Elle est également la vraie force de cette pièce puisqu’elle est à l’origine du drame qui s’accomplit sous nos yeux. N’oublions pas que toute l’intrigue se construit autour de sa volonté : retrouver tout le pouvoir d’une reine, au détriment de son fils, et vaincre ses deux ennemis, Saint-Mégrin et le Duc de Guise, qui pourraient, l’un par ses rapports avec le roi, l’autre par son intelligence politique, finir sur le trône. Elle construit l’histoire qui se déroule et plus encore : elle tire les ficelles dans l’ombre comme une marionnettiste racontant une histoire qu’elle aurait imaginée à l’aide de personnages maintenus poings et mains liés par des ficelles invisibles à leurs yeux.

    Catherine de Médicis profite de l’histoire qu’elle raconte, celle d’un triangle amoureux et d’une vengeance, pour imposer son pouvoir à son fils. En effet, elle lui fera promettre de lui obéir, afin de déjouer le coup d’État organisé par Saint-Mégrin. Ainsi, le roi lui-même devient une marionnette devant obéir à sa mère, comme s’il ne pouvait jamais s’émanciper de ce pouvoir suprême (et souverain) qu’elle représente. Henri III lui offre tous les pouvoirs, ses pouvoirs et grâce à cela, Catherine évince Saint-Mégrin. Il ne reste alors plus qu’à se débarrasser du Duc de Guise, mais Catherine détient déjà des informations compromettantes… Alors, il semblerait que plus aucun ennemi ne puisse se manifester sur sa route.

    Angelo Tyran de Padoue de Victor Hugo - Culture Livresque
    Après avoir écrit tant de romans, de pièces de théâtre, de poésie, et s’être autant engagé dans la société de son époque, Victor Hugo continue à toujours se renouveler et nous surprendre...

    Un drame historique : entre histoire et réinvention

    Nous savons de source sûre qu’Alexandre Dumas a puisé son sujet dans des chroniques historiques écrits par de grands historiens. Il a utilisé en particulier dans Les mémoires pour servir à l’histoire de France du chroniqueur Pierre de L’Estoile. Toutefois, le drame romantique, aussi historique soit-il, vient avant tout servir un imaginaire et une création littéraire. Ainsi, lorsqu’en lisant les mémoires de Pierre de L’Estoile, Alexandre Dumas tombe sur une anecdote tragique datée du 21 juillet 1578, il n’hésite pas à s’en servir à des fins littéraires sans se préoccuper uniquement du sens historique de cette découverte. Cette anecdote en question raconte qu’un jeune homme proche du roi de France Henri III a été retrouvé assassiné par une vingtaine d’hommes armés. L’assassinat en question aurait été commandité par le duc de Guise dans une vengeance amoureuse car Saint-Mégrin, la victime, avait une liaison de la duchesse de Guise. C’est donc un crime passionnel d’une violence inouï que découvre le célèbre auteur.

    Après avoir lu cette anecdote donnant pleine satisfaction à l’imagination, Alexandre Dumas va écrire que cette vengeance est manipulée à distance par un personnage de l’ombre. Celui-ci n’est autre que notre très chère et puissante Catherine de Médicis, mère du roi, car elle trouve que Saint-Mégrin et le Duc de Guise font de l’ombre au règne de son fils. Dans un coup de maître, elle chercherait alors à se débarrasser des deux ennemis d’un coup, de l’extérieur en provoquant la jalousie et l’amour de l’un et de l’autre.

    Qu’est-ce que le romantisme ? - Culture Livresque
    Le romantisme est le premier vrai courant du XIXe siècle. Il révèle une véritable volonté d’innover et s’étend massivement sur toute la première partie du siècle. La vision du romantisme d’aujourd’hui est biaisée par...

    Un style repensé qui propulse Alexandre Dumas sur le devant de la scène

    Une fois l’histoire conçue, il faut penser à la suite : le style de l’histoire. La pièce est un immense succès et propulse Alexandre Dumas père sur le devant de la scène littéraire. Henri III et sa cour enthousiasme le public et cela en particulier grâce à la mise en scène. La pièce de théâtre plaît à la fois pour son mélange des tons et par un jeu théâtral nouveau : les acteurs doivent reproduire les scènes de violence qui étaient jusqu’alors seulement suggérées et les acteurs ont une véritable présence scénique alors qu’ils étaient encore contraints d’avoir un jeu très statique à cette époque. Ce ne sont pas moins de 43 représentations qui auront lieu dans l’année et sur les 43 présentations, la pièce est jouée seule plus de trente fois. Cela vous étonne car lorsque vous allez au théâtre ce n’est que pour une pièce précise ? Sachez qu’à l’époque, ceci relève d’un fait très rare car, normalement, le public va au théâtre pour voir plusieurs pièces (ou plusieurs extraits de pièces) le même jour. Avec le nouveau succès d’Alexandre Dumas, le théâtre signe également l’arrivée d’un sang neuf dans la comédie française.

    Toutefois, il ne faut pas se froisser du style plutôt pauvre de ce drame romantique. Il s’agit de la signature de Dumas qui écrit de nombreuses pièces et il a au moins l’honneur de se vouloir naturel. À la fin de cette pièce, le rythme change tout de même et devient haletant, quoi de plus vrai pour décrire un sentiment amoureux et une menace de mort qui plane dans le ciel ? Cette pièce est vraiment agréable à lire, on en retiendra l’histoire, on se souviendra d’un roi pas tout à fait roi, d’un favori très puissant et d’une mort étrange. Voici donc une pièce qu’on apprécie plus pour son naturel et son accessibilité que pour un style qui serait recherché et travaillé. Il faut le dire : cette pièce a fait le succès de Dumas père, qui, après avoir été très connu comme dramaturge, n’a plus été reconnu que comme romancier.


    Si ce livre vous intéresse :

    Sinon…

    Othello de Shakespeare - Culture Livresque
    Ce n’est pas étonnant de voir de grands auteurs comme Alexandre Dumas et Victor Hugo inspirés par une telle pièce. La représentation d’Othello à laquelle ils avaient assisté bouleversait les...
    // lastname: Dumas // firstname: Alexandre // title: Henri III et sa cour