Résultats de votre recherche :

    13 juillet 2021

    Optima 2121 de Thierry Schwab

    Optima 2121 de Thierry Schwab

    Optima 2121 est un roman d’anticipation écrit par Thierry Schwab et édité par L’Ombre rouge. Nous suivons le voyage temporel de Damien, journaliste scientifique d’une trentaine d’années, projeté un siècle dans le futur.

    Qu’est-ce qu’un roman d’anticipation ?

    Un roman d’anticipation place son action dans une époque future, plus ou moins lointaine. La narration se charge alors d’imaginer un futur probable. Ce genre de roman est souvent lié à la science-fiction à travers les avancées technologiques qu’il décrit ou tout simplement parce que les personnages utilisent une technologie leur permettant de voyager dans le temps. Mais toutes les œuvres de science-fiction ne sont pas des romans d’anticipation – citons Star Wars pour l’exemple – et toutes les œuvres d’anticipation ne sont pas des œuvres de science-fiction – tel que The Rover de David Michôd. Ainsi, nous retrouvons parmi les œuvres emblématiques d’anticipation 1984 de George Orwell, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley, Blade Runner de Philip K. Dick, les romans de Jules Verne, La servante écarlate de Margareth Atwood ou encore Je suis une légende de Francis Lawrence, pour ne citer qu’eux.

    Dans le cas d’Optima 2121, nous sommes en présence d’un roman mêlant anticipation et science-fiction grâce au voyage temporel et à la description des avancées technologiques du début du XXIIe siècle.

    1984 de George Orwell tombe dans le domaine public - Culture Livresque
    “Big Brother is watching you.” Ce célébrissime slogan est tiré de 1984 de George Orwell. Ce roman est pour les uns une référence de la littérature dystopique et de science-fiction, pour les autres...

    L’intrigue d’Optima 2121

    Optima 2121 se présente comme le récit, le carnet de bord de Damien Frélot, personnage principal de l’intrigue. Journaliste scientifique d’une trentaine d’années, il rencontre Pierre Maréchal lors d’un dîner. Pierre est un éminent astrophysicien qui a réussi à percer les secrets du voyage temporel. La seule chose qui lui manque : un cobaye pour tester son invention. Vous l’aurez compris, Damien est le candidat idéal par sa situation familiale de célibataire sans enfant, son métier et sa maîtrise de plusieurs langues. Le professeur Maréchal parvient à exercer une influence si forte sur notre personnage que ce dernier accepte de partir 100 ans dans le futur.

    Sa simplicité, son intelligence, sa gentillesse, son charisme m'ont tout de suite séduit. [...] J'adorais sa conversation, son esprit incisif, sans tabou, la clarté de ses raisonnements, son absence totale de conformisme. (p.13)

    Si les enjeux du voyage sont tout d’abord très clairs – c’est-à-dire découvrir les avancées technologiques, celles de l’intelligence artificielle et des robots, la gestion du réchauffement climatique et les bouleversements gouvernementaux et sociétaux – la mission de Damien va se compliquer lorsqu’il rencontrera Sofia-Wang. Cette jeune femme est incarcérée au Conservatoire du Malheur, un savant mélange de musée, zoo et centre de torture où les personnes jugées coupables de certains crimes sont envoyées pour purger leurs peines. Comme tout le monde est heureux sur Optima, le gouvernement mondial a jugé utile de conserver un endroit pour rappeler à tous les maux auxquels leurs ancêtres étaient soumis. Tombé sous le charme de cette femme à l’histoire malheureuse, Damien semble prêt à mettre en péril sa mission et le futur de ses descendants qu’il vient de rencontrer…

    Quel monde nous attend selon Thierry Schwab ?

    Le monde d’Optima semble être une utopie en tout point. Tout d’abord, la mort n’est plus un problème puisque les scientifiques sont parvenus à rendre la population immortelle, au prix de sa fertilité. Le chômage et la pauvreté n’existent plus : une allocation de 10 000 yuans (soit 3 000 €) est distribuée à tous et il faut dorénavant payer pour travailler. Les intelligences artificielles s’occupent de toutes les productions pour éviter la surproduction. Au niveau politique, tout s’est également arrangé : la Terre ne compte désormais plus qu’un seul et unique pays, Optima. Les avancées technologiques permettent entre autres de voyager sans bouger de chez soi. Les tentatives de rébellion ne sont plus qu'un vague fantasme. La seule ombre au tableau serait la disparition quasi-totale des animaux mais ceux-ci ont, fort heureusement, pu être remplacés par animaux-robots.

    Nouvelle mode littéraire : le transhumanisme - Culture Livresque
    Alors que l’intelligence artificielle et la robotique sont exploitées à n’en plus finir dans le monde littéraire et dans les médias, les films, la vie de tous les jours, parler de transhumanisme semble...

    Optima 2121, pour quel lecteur ?

    Personnellement, je n’ai pas spécialement apprécié la lecture de ce roman, cependant le style très fluide m’a permis de le lire jusqu’au bout. Si la construction du récit très thématique peut être déroutante au début de la lecture, il faut garder en tête que le personnage est un journaliste scientifique. Son récit est donc narré de manière très structurée comme un long article compte rendu d’une expédition, ce qui est une belle idée de narration.

    Il est également possible que je n’ai pas apprécié cette lecture car l’idée que je me suis faite de l’histoire ne correspond pas à la réalité du roman. Le début m’a laissé penser qu’une révélation de la plus haute importance allait être dévoilée à la fin du récit. Je l’attends encore car à mes yeux, l’histoire de Damien et de Sofa-Wang a trop pris le dessus. J’avais envie de plus découvrir le monde d’Optima, et pas tant de suivre cette histoire d’amour, car les propositions d’évolution de nos sociétés faites ne semblent pas farfelues.

    Mais par-dessus tout, il y a cette phrase qui m’a complètement fait décrocher du récit :

    « Je ne vous dirai pas ce qui m'est arrivé un soir... Ce fut horrible venant d'un ami, même s'il avait l'ivresse pour circonstance atténuante... »

    Sofia-Wang a été incarcérée pour le meurtre de son violeur (qu’elle a poussé dans le vide à cause du chagrin et de la rage). Il est absolument malheureux de lire en 2021 que l’ivresse est une « circonstance atténuante » pour un violeur. La personne a choisi de se rendre ivre, c’est son problème et non celui de la victime. Aurait-on idée de parler de « circonstance atténuante » pour un conducteur ivre qui aurait renversé un piéton ? Ce type de remarque revient au même que d’expliquer à une victime qu’elle a bien cherché ce qu’il lui est arrivé parce que, bon, hein, vu la tenue qu’elle portait...

    Malgré cela, les qualités d’écriture et la clarté de l’intrigue me font conseiller ce roman aux personnes souhaitant s’aventurer pour une première fois dans le monde de l’anticipation. Le style étant fluide, la description d’Optima allant à l’essentiel et l’intrigue étant simple à suivre, il me semble que cette œuvre est une bonne approche pour découvrir le monde fascinant de l’anticipation avant de s’attaquer aux géants très fouillés que sont par exemple 1984 ou Blade Runner.

    1984 en BD selon J.-C. Derrien et R. Torregrossa - Culture Livresque
    Le célèbre roman 1984 de George Orwell est donc tombé dans le domaine public cette année. Cela a provoqué un grand engouement autour de ce livre sensationnel qui n’est pas sans rappeler...

    Citations

    Je me demandais donc pourquoi cet homme important, croulant sous le travail, admiré de ses pairs, illustre dans le monde entier, consacrait autant de temps au jeune journaliste que j'étais. (p. 14)
    L'avenir est-il figé ? Y a-t-il place pour notre libre arbitre ? ou bien les décisions que nous croyons prendre à chaque instant nous sont-elles en fait imposées par nos milliards de neurones sur lesquels nous n'avons aucune prise ? (p. 23)
    Une évolution aussi rapide, sans conflit malheur, s'est avérée possible parce qu'une majorité d'humains a fini par comprendre que pour lutter, s'il n'était pas déjà trop tard contre le réchauffement climatique, le terrorisme des extrémistes de tous poils, la fraude fiscale, la guerre, la peste des fausses nouvelles, et tant d'autres maux, la meilleure solution, la seule en vérité, était l'unité du monde, dans une fédération tentant de préserver les cultures locales, malgré leur nivellement de toute façon inéluctable, provoqué en dernière analyse par le développement de la technologie. (p. 107)

    Si ce livre vous intéresse…

    Sinon...

    5 livres sur le transhumanisme - Culture Livresque
    La nouvelle mode tend vers des sujets qui passionnent l’espoir humain : le transhumanisme. Voici l’intelligence artificielle qui fait du social, qui donne des espoirs, qui fait rêver. Mais que lit-on aujourd’hui sur...