Résultats de votre recherche :

    22 septembre 2020

    Le livre de la Jungle de Rudyard Kipling

    Le livre de la Jungle de Rudyard Kipling

    Rudyard Kipling est un auteur à succès, il a même reçu le Prix Nobel en 1907. Il écrit principalement des histoires pour enfants. Dans Le Livre de la Jungle ainsi que Le second Livre de la Jungle, qui ont fait son succès, il rend hommage au pays qui l'a vu grandir. Ces histoires sont toutes des aventures qui mêlent les animaux et les humains autour de la jungle indienne.

    Résumé

    Le Livre de la Jungle regroupe sept nouvelles mettant en scène des animaux et des humains. Les trois premières nouvelles retracent une partie de l'histoire de Mowgli. Nous découvrons son arrivée dans la jungle, son intégration dans le clan libre des loups ainsi que son apprentissage de la Loi de la Jungle. Mais nous découvrons aussi son mal-être lorsqu'il n'est plus accepté ni dans sa société d'origine et ni dans sa société d'adoption. Dans les nouvelles suivantes, nous découvrons également un phoque, né blanc, qui part à la recherche d'une île où les siens ne se feraient pas massacrer, ainsi qu'une mangouste adoptée par une famille d'homme et qui protège son nouveau territoire face au terrible Cobra Noir. La dernière nouvelle est assez différente car elle retrace un dialogue entre des bœufs, un mulet, des chameaux, un cheval, un éléphant et quelques autres animaux autour de leur rôle auprès des hommes. Alors, quand le mulet demande pourquoi ils font la guerre, tous lui répondent que c'est parce que l'homme est celui qui décide. Puis lorsqu'il demande qui décide pour les hommes, tous se moquent de lui et mettent ses questions sur le dos de la jeunesse.

    Un recueil d'apprentissage

    Ce recueil de nouvelles est destiné aux enfants dans un but bien précis : éduquer aux valeurs essentielles de la société. Pour faire partie d'un clan, il faut respecter les valeurs de la Loi de la Jungle. Ainsi, nous retrouvons la curiosité, non pas dirigée vers le mal mais pour apprendre. Par exemple, le mulet cherche à comprendre pourquoi ils font la guerre, et par qui sont dirigés les hommes. Si ses questions ne lui valent que de la moquerie, elles ont également pour effet de rappeler que la curiosité pour elle-même ne suffit pas : il faut remettre en question les ordres au besoin. On apprend également que chacun doit respecter les coutumes des autres : Mowgli devra faire le long apprentissage des codes qui régissent chaque espèce dans la forêt pour ne pas les déranger ni les mettre en colère. Car oui, le langage n'est pas non plus inné, il faut s'éduquer. Baloo est donc le précepteur de Mowgli. Et si l'homme veut comprendre l'animal, il doit lui aussi apprendre le langage de la Jungle.

    Chaque parti doit vivre dans le respect de l'autre. La sagesse est d'ailleurs souvent accordée aux animaux plus qu'aux hommes. Ainsi, les animaux s'éloignent naturellement des hommes qui représentent un danger pour leurs clans, et pour toute la population de la Jungle en général. En effet, la Loi de la Jungle n'admet pas que l'on puisse tuer d'homme. Cette action pourrait apporter le malheur à toute la jungle.

    La question des origines dans les nouvelles de Rudyard Kipling

    Faire partie d'un clan

    L'une des questions essentielles dans les nouvelles est celle du clan. A quel groupe social appartenons-nous ? D'où est ce que nous venons et à quel point sommes-nous humain ou animal ? Lorsque nous lisons les trois nouvelles qui concernent Mowgli, nous remarquons que la quête de l'identité ne vient pas du personnage lui-même. Mowgli, dont le nom signifie "petite grenouille", est un loup, c'est évident. Il leur parle, il vit, joue, court et chasse avec eux. Mais pour les loups, ce n'est pas la même histoire : il reste un petit d'homme, nu comme un ver et dangereux. C'est pourquoi certains membres du clan le rejette et continue de voir en lui un adversaire. Ils ne peuvent pas soutenir son regard qui n'est pas celui d'une bête mais d'une menace, et Mowgli s'en amusait sans se rendre compte de ce que cela impliquait. Mais lorsqu'il devra retourner dans le monde des hommes, là d'où il vient, il sera également rejeté car il est loup plus qu'homme. La double culture l'exclut de tous les groupes car il n'est ni tout à fait homme ni tout à fait loup.

    La question des origines est primordiale pour beaucoup de monde, nous partons à la recherche de nos ancêtres et de nos valeurs, pensant que cela définit qui nous sommes. Cette recherche est également une quête d'intégration. La solitude ne convient à aucun homme et chacun veut se retrouver dans un groupe d'amis, de collègues, de gens de même "origine", de même "culture", etc. Rudyard Kipling a lui-même été partagé entre deux pays. Il a grandi en Inde avant d'être envoyé en Angleterre pour perfectionner son éducation. Après cela, il retournera en Inde. Mais en Inde, il reste un anglais colonisateur, un blanc qui prend le pouvoir. En Angleterre, il ne se reconnaît pas entièrement dans la culture. Les hommes lui ressemblent, ils sont blancs, mais la culture est différente.

    Protéger le clan

    Dans la nouvelle "Le phoque blanc", cette question du lieu de vie originel revient. Tous les ans, les phoques retournent sur leur lieu de naissance, même s'ils savent qu'une partie d'entre eux est massacrée. Il faudra attendre Kotick (le phoque blanc) pour qu'un membre de la tribu décide de partir à la recherche d'un lieu plus sécurisé, loin des hommes, pour les siens. Mais la question se pose alors de rester ou de partir. Si tous les phoques veulent garder leurs terres car ils y sont nés, ils se privent d'îles plus agréables. Finalement, Kotick aura raison de leur sectarisme et parviendra à mettre en sécurité les siens. C'est avant tout une quête de protection et de pérennité pour le groupe social entier. L'un des membres sacrifie un peu de lui-même pour le bien du groupe. C'est également l'une des valeurs inculquées dans la nouvelle "Rikki-tikki-tavi". La mangouste est un animal sauvage, mais d'après Rudyard Kipling, une mangouste bien éduquée rêve d'être apprivoisée. Alors quand l'occasion se présente pour Rikki-tikki, il ne la laisse pas passer. A partir du moment où une famille le prend comme compagnon, il se met à défendre le jardin - son nouveau territoire - mais aussi toute la famille des dangers que représentent les serpents. C'est donc naturellement qu'il se fera le gardien de tout le clan familial. C'était probablement aussi l'instinct de conservation qui a conduit les loups à vouloir rejeter Mowgli, mais Mowgli faisait déjà parti de la famille, il avait été racheté et accepté par les anciens. Alors en éloignant Mowgli, ils ont brisé leur famille.

    Citations

    Dans la Jungle, personne n'aime à être dérangé, et on y est toujours prêt à se jeter sur l'intrus
    "La chasse de Kaa"
    C'est la chose la plus difficile du monde que d'effrayer une mangouste, parce que, de la tête à la queue, leur race est dévorée de curiosité. La devise de toute la famille est : "Cherche et trouve.", et Rikki-tikki était une vraie mangouste
    "Rikki-tikki-tavi"
    Les éléphants, le Gouvernement de l'Inde y veille avec un soin jaloux : il y a un service tout entier qui ne s'occupe que de les traquer, de les prendre, de les dompter, et de les distribuer d'un bout du pays à l'autre suivant les besoins et les tâches
    "Toomai des éléphants"

    Si ce livre vous intéresse :

    Sinon

    Pour plus de livres sur de jeunes héros, je vous invite à lire nos articles sur :

    Ou bien, pour lire un récit avec des animaux sauvages pour les adultes, vous pouvez lire :