Résultats de votre recherche :

    7 avril 2020

    Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain

    Les aventures de Tom Sawyer de Mark Twain

    Le roman de Mark Twain considéré comme un chef-d’œuvre est Les aventures de Huckleberry Finn. Pourtant, la plupart d’entre nous connaissons plus les aventures de Tom Sawyer que celles de Huck. Pourquoi ? Parce qu’il a tenu compagnie à de nombreuses générations, à la télévision comme dans nos bibliothèques. N’oublions pas également que c’est Tom qui nous a permis de découvrir Huck.

    Résumé

    Mais plus on vieillit, plus on devient bête. Et l’on prétend que l’on n’apprend pas aux vieux singes à faire la grimace ! Seulement, voilà le malheur, il ne recommence pas deux fois le même tour et avec lui on ne sait jamais ce qui va arriver.

    Thomas Sawyer est un enfant turbulent et aventureux qui grandit dans une Amérique du milieu du XIXe. Il vit de nombreuses aventures de petits garçons. Orphelin, il vit avec sa tante Polly, Sid et Mary. Il vit de nombreuses aventures avec ses amis Joe Harper et Huckleberry Finn. Ils font souvent l’école buissonnière pour jouer aux Robin des bois, aux pirates, aux brigands. L’imaginaire magique des personnages joue un grand rôle dans les aventures des garçons. Sans le sort contre les verrues, à minuit dans un cimetière, des innocents auraient été jugés coupables et les méchants s’en seraient tirés. Sans la magie encore et les rats, signes de mauvais présages, ils n’auraient pas découvert de merveilleux trésors… Tous les mauvais coups qu’il fait, tous les mensonges et les bêtises des personnages sont faits dans l’innocence de l’enfance et construirons les adultes qu’ils seront.

    Un cheminement d’enfant dans un monde adulte

    La réalité du monde adulte

    Quand on ne peut rien faire sans autorisation, c’est le commencement de la fin !

    Découvrir le monde adulte lorsqu’on est un enfant tantôt pirate, tantôt brigand, ce n’est pas toujours une affaire plaisante. Tom Sawyer, lui, est souvent mise face à cet univers si différent de ces occupations, dès son plus jeune âge. Il est souvent confronté à la mort : enfant orphelin, il vit avec sa tante, son demi-frère et Mary. Il a déjà subit des deuils et son expérience est perceptible dans ses questionnements. Il parle souvent avec nostalgie, de sa mort future, du temps qui passe, de ce qu’il n’a pas réussi à faire. Il la regarde, cette mort, chaque jour ; elle prend des villageois, elle permet de réaliser des sorts, la nuit, dans le cimetière.

    Ce cimetière, d’ailleurs, est une confrontation à la mort mais aussi au monde adulte dans toute sa violence : Joe l’indien, le meurtrier, s’y trouve en même temps que lui et Huck. Joe sera le sujet de beaucoup d’embarras et d’inquiétude. Tom va prendre une décision : protéger un innocent au prix de nombreux efforts et inquiétudes. Le monde du tribunal, la violence des hommes, la mort… Tout cela, Tom le conçoit bien, il n’a pas besoin d’en être protégé, contrairement à ce que nous, adulte, pensons. Tom Sawyer est également la victime des punitions à répétition, parfois injustes, des bonnes conduites à tenir.

    L’imagination d’un enfant contre les attentes des adultes

    Bien que mon livre soit surtout écrit pour distraire les garçons et les filles, je ne voudrais pas que, sous ce prétexte, les adultes s’en détournent. Je tiens, en effet, à leur rappeler ce qu’ils ont été, la façon qu’ils avaient de réagir, de penser et de parler, et les bizarres aventures dans lesquelles ils se lançaient.

    Mais avant tout, cet enfant qui voit le monde adulte cherche à s’en éloigner. Il veut rêver, loin de l’école, de l’église, des adultes. Il rêve et accomplit des actes héroïques, à la fois pirate, Robin des Bois, bandit élégant, et sauveur d’une petite demoiselle, Becky, lorsqu’ils seront coincés dans la grotte. Il est malicieux, mais courageux et ingénieux. Si la magie est un de ses passe-temps favoris, avec son imagination débordante ; il n’en est pas moins très futé. Il est l’enfant espiègle idéal, mais pas idéalisé.

    L’enfant idéal, c’est Syd, son frère, qui rapporte gentiment tout ce qu’il sait, dévoile les farces et les subterfuges de Tom, Sid poli et bon élève. Il devient l’ennemi, celui qui est déjà trop adulte ou qui aime trop ce monde pour être un enfant libre et joyeux. Tom est un petit garçon turbulent, il est tout de même porté en héros, puisqu’il est bien celui qui est parvenu à être riche, si jeune, dans son insouciance, là où les adultes ont échoué, dans leur cupidité.

    Un livre pour enfant à lire adulte

    La plupart des aventures racontées dans ce livre ont réellement eu lieu. J’en ai vécu une ou deux ; je dois les autres à mes camarades d’école. Huck Finn est un personnage réel ; Tom Sawyer également, mais lui est un mélange de trois garçons que j’ai bien connus. Il est, en quelque sorte, le résultat d’un travail d’architecte.

    Une critique de la société

    Le roman raconte des aventures d’enfants, pour des enfants, mais il est aussi destiné à des adultes. Mark Twain, dans la simplicité du langage utilisé, parvient à faire la critique des avarices, des menaces faites aux enfants sous le prétexte d'être plus fort, en tant qu'adulte. Il nous offre également une critique de la société, qui, avare, ne voit plus les enfants et les jeux de jeunesse.

    Comme toujours, l’humanité légère et versatile rouvrit tout grand son sein au pauvre Muff Potter et chacun le choya tant et plus, après l’avoir traîné dans la boue.

    Les adultes sont aussi ceux qui renient et accusent Muff Potter de meurtre, par peur de Joe l’Indien et selon ses dires. Parce qu’en plus, Muff est alcoolique, il est le coupable parfait et est désigné par facilité. Et puis, des gens l'ont vu ivre se laver en plein milieu de la nuit, alors pourquoi mener l’enquête ? Ils sont aussi ceux qui lui rouvrent leurs bras, trop vite sûrement, après avoir obtenu la preuve de l’innocence de l’homme, qui allait être condamné à la pendaison, sans en avoir mérité le sort.

    Le besoin de justice des enfants

    Ainsi s’achève cette chronique. Elle ne pourrait guère aller plus loin car ce serait alors l’histoire d’un homme. Le romancier qui écrit une histoire d’adulte sait exactement où et comment s’arrêter, c’est le plus souvent par un mariage. Quand il s’agit d’un enfant, il s’arrête où il peut.

    Ce roman est une histoire que nous pouvons raconter à des enfants, si nous prenons garde aux quelques propos qui ne sont plus convenables aujourd’hui, ou en les expliquant. Il permet aussi probablement aux adultes de se remémorer la façon de penser des enfants. Peut-être que tante Polly aurait eu moins de peine si elle s’était souvenue de sa jeunesse, et avait compris que Tom était un garçon libre qui n’agissait pas pour la mettre en colère, mais simplement par goût des jeux d’enfants. Il rappelle aux adultes que les enfants comprennent beaucoup de choses et ont une conscience et une morale, parfois inespérées ou inattendues. Leur sensibilité est souvent plus droite et juste que celle des adultes.

    N’oublions pas que nos enfants ont horreur des injustices… A nous de savoir ce que nous voulons leur transmettre et par quel moyen, afin d’en faire des femmes et des hommes qui comprendront leur époque et leurs enfants.

    Citations

    Au bout d’une demi-heure, il avait une vague idée de sa leçon, sans plus, car sa pensée n’avait cessé de parcourir le domaine des préoccupations humaines et ses mains de jouer avec ceci ou avec cela.
    Si les gens avaient été moins accaparés par leur chagrin, ils eussent distingué comme une sorte de grincement au fond de l’église. Le pasteur releva la tête et regarda à travers ses larmes du côté de la porte. Il parut soudain pétrifié. Quelqu’un se retourna pour voir ce qui le troublait tant. Une autre personne fit de même, et bientôt tous les fidèles, debout et médusés, purent voir Tom qui s’avançait au milieu de la nef, escorté de Joe et de Huck aussi déguenillés que lui. Les trois morts s’étaient cachés dans un recoin et avaient écouté d’un bout à l’autre leur oraison funèbre.
    Ça vaut mieux. Quand les rats ne se battent pas, ça veut seulement dire qu’il y a du grabuge dans l’air. En tout cas, il va falloir être joliment prudent. Réflexion faite, il vaut même mieux rester tranquille aujourd’hui et nous amuser. Connais-tu Robin des Bois, Huck ?
    Non, non, Tom, je ne veux pas être riche, je ne veux pas vivre dans ces maudites maisons bourgeoises ! Moi, j’aime les bois, le fleuve et les étables où je couche. Je ne veux pas les quitter ! C’est bien là notre veine. Juste au moment où nous avons des fusils, une grotte et tout ce qu’il nous faut pour devenir des brigands, il y a ce maudit argent qui vient tout gâcher ! »
    Si je deviens un brigand célèbre, je parie qu’elle sera fière de m’avoir tiré de la misère.

    Si ce livre vous intéresse :