Résultats de votre recherche :

    26 mai 2020

    Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins

    Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins

    La rentrée littéraire 2020 sait aussi se faire tout en tendresse... Ce roman choral aux allures enfantines est une découverte qui tombait à point après une période bien remplie et stressante. Ce n'est pas le premier livre d'Alejandro Palomas, mais chacun d'entre eux ont un univers bien particulier. Celui-ci offre, le temps de la lecture, un instant de tendresse et de douceur inattendue.

    Résumé

    Guillermo, surnommé durant tout le roman Guille, est un petit garçon toujours très heureux, qui participe en classe et qui n'a pas beaucoup d'amis. Il a un rêve pour ses jours adultes, comme tous les enfants, mais le sien est original : il veut être Mary Poppins. Cet enfant a quelque chose de... "particulier". Cette différence, sa maîtresse, Sonia, va la percevoir et s'inquiéter. Interviennent alors le père, à qui la maîtresse a donné rendez-vous, les séances du petit Guille chez la "conseillère d'orientation" et tout cela va conduire les adultes à découvrir la partie immergée de l'iceberg...

    Première page de couverture de Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins, Alejandro Palomas

    Mon avis

    Un roman à histoire

    Ce livre n'est pas un roman qu'on choisira pour une plume d'auteur, puisque, malheureusement, la traduction (et ce n'est pas de la faute du traducteur...) nous fait perdre la sonorité mélodieuse de la langue de l'auteur. Il s'agit plutôt du genre de roman qu'on décide de lire car la couverture est très belle et qu'on veut une lecture légère pour l'été. L'histoire est bien menée, nous découvrons Guille et son père, Manuel ; ainsi que le destin qui est réservé à Nazia, l'amie de Guille.

    La forme du roman choral permet au lecteur d'avoir un peu d'avance sur le raisonnement des adultes et d'ajouter un suspens à la suite de l'histoire. La narration est fluide, bien qu'il y ait quelques rebondissements. Mais elle est tellement mignonne que je ne regrette en rien de l'avoir lu. Parfois, il faut savoir reposer son esprit et se laisser porter par une histoire toute en légèreté malgré une thématique assez complexe : le manque d'une mère.

    Un roman sur l'enfance

    Je venais de réaliser que, pour la première fois depuis que je connaissais Guille, je lui voyais le regard d'un enfant de neuf ans.

    Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins est donc un roman sur l'enfance, qui parle du chemin parcouru par Guille, depuis que sa mère est partie pour un emploi de six mois à Dubaï. C'est aussi l'histoire d'un enfant qui trace son propre chemin et entre dans un monde adulte un peu trop jeune...

    Mais c'est avant tout un roman tout en tendresse et sensibilité. On parvient facilement à s'attacher à Guille, on veut comprendre ce qui a amené une famille à une telle situation. On voudrait protester contre ce père qui n'accepte pas l'aspect efféminé de son enfant, qui ne cherche pas à la comprendre. On voudrait aider Nazia, dont l'avenir peut être bouleversé à tout moment. Alors nous chanterons avec le petit Guille : "supercalifragilisticexpialidocious" !

    Un roman qui laisse toute sa place à l'imaginaire

    Le petit garçon qui voulait être Mary Poppins... Un enfant qui ne lit que des contes de fées et de princesses, et des livres qui sont trop mûrs pour lui. Cela donne un enfant plongé dans l'imaginaire dans le cas de Guille. Il se réfugie dans les livres comme sa mère avant lui. Il y trouve les solutions à ses problèmes et sa détermination est de fer.

    Mais attention, l'enfant a sa logique implacable et il sait parfois mieux distinguer le réel et l'imaginaire qu'on ne le pense. Guille est un enfant différent, c'est certain, mais il est touchant et on s'attache à lui. Il est également bien plus adulte qu'on ne pourrait le penser, son regard ne trompe pas. Alors qui pourrait lui en vouloir d'user des contes et de son imaginaire pour se protéger ?

    Citations

    Avant tout, il faut que vous sachiez que Guille est un enfant très agréable, qui ne pose aucun problème. Au contraire : son comportement est exemplaire. Il ne présente aucun déficit d'attention, il participe beaucoup en classe, il est optimiste, enthousiaste et possède des valeurs solides qui peuvent apporter beaucoup au groupe.
    C'est comme si Amanda comprenait la vie, comme si elle était née avec un mode d'emploi pour faire en sorte que tout se passe toujours bien.
    Dans l'album en cuir marron, il y a ma maman qui vit.
    Après il s'est passé un truc terrible. Un truc vraiment terrible. Et aussi un coup de tonnerre a éclaté. Tout en même temps. Et c'est tout.

    Si ce livre vous intéresse :