Résultats de votre recherche :

    14 juillet 2020

    Des philosophes & des héros, T. de Saint Maurice

    Des philosophes & des héros, T. de Saint Maurice

    Avec Des philosophes & des héros Thibaut de Saint Maurice nous propose de découvrir une quarantaine de pensées philosophiques à travers des figures de personnages de la pop culture iconiques.

    La construction de l'ouvrage

    Ce livre est composé de quarante chapitres de trois pages en moyenne. Chacun présente un personnage issu de la culture pop qui sert d'exemple pour illustrer et expliquer une pensée philosophique. La culture pop peut globalement se définir en opposition avec la culture académique, la culture savante, la culture classique. Pour faire simple, ce sont des personnages que vous n’avez quasiment aucune chance de rencontrer en cours de philo ou de français. Parce que c’est bien connu, on ne mélange pas les torchons et les serviettes. Sauf que parfois, partir d’une référence « populaire » pour éclaircir un concept et arriver au texte source s’avère payant.

    Des philosophes & des héros est donc un ouvrage d’introduction, d’initiation à la philosophie. L’utilisation de personnages iconiques permet deux choses. La première est bien évidemment de nous intéresser à ce qui est décrit en s’appuyant sur notre attachement affectif, pour Peter Pan ou James Bond par exemple. La seconde est l’application concrète des concepts présentés. Ainsi, l’orgueil et l’ambition d’Aristote prennent la forme de Tony Montana (Scarface), ce qui nous permet de les voir mis en application dans le parcours de vie de ce personnage. De plus, Thibaut de Saint Maurice adopte une langue simple et claire qui, associée à la matérialisation des pensées dans les personnages, rend accessible les concepts évoqués.

    Ah, je ne la connais pas celle-ci...

    Il n’y a pas besoin de connaître tous les personnages pour tout comprendre. Thibaut de Saint Maurice fournit les éléments essentiels des univers et des histoires des personnages convoqués. Par exemple, je ne connais que de nom le personnage de Claire Underwood de la série House of Cards. Cependant, je n’ai eu aucun mal à comprendre le chapitre « Claire Underwood et Machiavel » car le personnage, son univers, son histoire et ses motivations sont rapidement résumés. Et sur les quarante personnages, il n’y avait que Dilili, de Dilili à Paris, que je ne connaissais absolument pas.

    Thibaut de Saint Maurice a choisi des personnages de générations, d’univers et de média variés. Si la plupart des personnages sont issus de la littérature et de leurs adaptations cinématographiques, comme Harry Potter ou Mary Poppins, d’autres proviennent des séries télévisées telles le Capitaine Marleau ou Monica Geller (Friends), de bande dessinée comme Tintin, voire de jeux vidéo comme Lara Croft (Tomb Raider). Les univers sont également variés, allant par exemple du monde de fantasy-médiéval avec Tyrion Lannister au cartoon de Bip Bip et Coyotte, en passant par les super-héros DC et Marvel. Enfin, des références inter-générationnelles comme Sherlock Holmes côtoient des héros des années 80 tel Albator et des personnages récents comme Anna et Elsa (La Reine des neiges). Cette variété d'univers et de personnages permet à tous de retrouver au moins une figure connue et appréciée. Et cela peut également donner envie d'aller à la rencontre de personnages découverts au détour de la lecture.

    C’est peut-être un détail mais...

    … pour moi il est important : la mise en page. La police d’écriture est grosse et l’interligne important, ce qui aère la page et permet de se repérer facilement, d’avancer avec fluidité dans la lecture. Et surtout, cela offre la possibilité de lire convenablement autant à une personne dyslexique qu’à une autre ayant des problèmes de vue. C’est peut-être un détail comme je le dis, mais c’est un détail qui compte. Le choix des personnages révèle une volonté de toucher autant l’amateur de super-héros que le fan de littérature anglophone, la petite fille ayant grandi dans les années 80 que le petit garçon né en 2000. Sachant que la philosophie est un sujet qui peut vite devenir compliqué à suivre, le fait que la mise en page facilite et offre une expérience de lecture dans de bonnes conditions est un fait important.

    De l’utilisation de la pop culture

    Si je devais retirer une seule leçon de cet ouvrage, c’est qu’utiliser la pop culture est un excellent moyen d’initiation, surtout quand il sert la vulgarisation. Si j’avais eu ce livre en terminale, j’aurais certainement mieux compris les concepts et pensées que mon professeur tentait de nous expliquer. Alors, bien évidemment, il faut continuer à étudier les classiques. Wonder Woman et Emma Bovary sont aussi importantes l’une que l’autre dans l’histoire de la littérature. Mais si l’éducation scolaire pouvait se détendre un peu et laisser leur chance à ses personnages qui nous construisent, qui sous prétexte de ne pas être nés de la plume de Victor Hugo ou d’être un personnage de série Netflix ne sont pas des références acceptables, peut-être que certains concepts littéraires, philosophiques, voire scientifiques, seraient moins effrayants, et donc plus accessibles pour les élèves. En tant qu’adulte, il n’y a pas de mal non plus à s’initier doucement à un domaine. Aborder le stoïcisme avec Rocky Balboa est un excellent moyen d’intégrer le cœur de cette philosophie notion. Et une fois cela fait, les textes d’Épictète paraissent moins obscurs puisque nous avons déjà compris le sujet.

    Petit bonus

    Des philosophes & des héros m’a rappelé un autre livre d’introduction à la philosophie : Le monde de Sophie de Jostein Gaarder. Celui-là, je l’ai lu l’été avant de rentrer en terminale. Et heureusement, car cela m’a permis de comprendre certaines explications obscures de mon professeur. Vous ne rencontrerez ni Tyrion Lannister ni Corto Maltese dans ce livre mais vous suivrez les aventures de Sophie, une jeune fille recevant des leçons de philosophie d’un professeur énigmatique. Ce roman est plus complet que Des philosophe & des héros, mais un peu plus compliqué à lire. Il s’agit plus ici d’une introduction conséquente à la philosophie que d’une initiation sur quelques concepts.

    Citations

    Pendant longtemps, on a estimé que seuls les grands héros classiques avaient l'envergure nécessaire pour nous accompagner dans notre évolution. Certes Ulysse, Don Juan, Emma Bovary ou la Juliette de Shakespeare n'ont pas épuisé tout ce qu'ils peuvent nous apporter, mais ce n'est pas une raison pour ignorer leurs descendants. [...] Il s'agit donc de présenter chaque personnage, de proposer un questionnement possible à son sujet et d'explorer philosophiquement ses coutures et ses plis. (Introduction, p. 16-17)
    Alors au fond, la grandeur de Scrat est toute métaphysique. Cela veut dire que ce petit personnage nous aide à comprendre ce qui fait de nous des êtres. Comme dans le mythe grec de Sisyphe qui raconte comment Sisyphe est condamné à rouler une grosse pierre jusqu'en haut d'une montagne, pour la voir à chaque fois retomber de l'autre côté, Scrat s'obstine malgré l'absurdité de sa quête. Mais cette obstination n'est que l'envers de la persévérance.  (Scrat et Spinoza : Comment faire de la métaphysique quand on est un écureuil ?, p. 176)

    Si ce livre vous intéresse :